Fiche pratique n°13

Histoires sensorielles

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Raconter une histoire n’est pas chose facile et pour pouvoir bien raconter une histoire, il est important d’utiliser tous les outils à disposition pour aider le public à s’immerger dans l’histoire. Pour les enfants souffrant d’un trouble de l’attention en particulier, ou d’un TSL qui rend difficile le suivi d’un discours parlé, il peut être encore plus difficile de retenir leur attention et de les aider à s’immerger. Cependant, il existe des outils qui peuvent être utilisés de manière très efficace pour les aider. Le principal consiste à diversifier le type de stimuli, donc les différents sens. L’information est toujours mieux intégrée lorsque plusieurs sens sont impliqués dans sa réception. Dans cette fiche pédagogique, nous verrons comment réaliser des histoires sensorielles.

Les histoires sensorielles ont d’abord été inventées pour les élèves souffrant de troubles spécifiques de l’apprentissage ou de tout autre type de trouble empêchant le bon traitement d’informations orales simples.

Les histoires sensorielles ne sont généralement pas longues. Une bonne histoire ne dépend pas de sa longueur mais plutôt de la façon dont elle est construite, du message qu’elle vise à faire passer et de la façon dont le conteur construit l’histoire avec son public.

Les histoires sensorielles sont donc généralement courtes mais chaque phrase est chargée de sens et de stimulation sensorielle : visuelle, auditive, odorante, gustative, tactile.

Ces techniques aideront l’élève à se concentrer sur l’histoire et les différents éléments sensoriels qui s’y rattachent. Elles serviront de point d’ancrage à l’histoire.

COMMENT L’UTILISER ?

  1. TRAVAILLER INTELLIGEMMENT

Ces expériences sensorielles n’ont pas besoin d’être complexes ou coûteuses, mais doivent attirer l’attention, être inhabituelles.

Prenons la stimulation visuelle. Plus qu’une petite image pour illustrer l’histoire, il peut être intéressant de stimuler l’ensemble de la vision : en éteignant la lumière et en allumant une bougie, ou en faisant regarder les élèves à travers des lunettes de couleur.

  1. S’AMELIORER PAR LA PRATIQUE

Dans le confort de votre maison/bureau/etc., n’hésitez pas à vous entraîner tout en vous enregistrant et essayez de vous enregistrer tout en vous exerçant afin de revoir et de prendre note de ce qui vous semble le plus intéressant.

Exercice 1

Une des premières choses à faire est d’essayer de repenser à l’expérience sensorielle que vous avez vécue dans votre enfance. Quels sont les souvenirs qui reviennent ? Prenez-en note, et s’ils sont liés à une histoire ou s’il y a une idée sur la façon de les recréer, notez-les également.

En général, il s’agit d’expériences d’un fort stimulus sensoriel lié à une émotion forte.

Par exemple, le son et la lumière du tonnerre lors d’un orage, associés à la peur, ou au sentiment de sécurité apporté par la présence d’un être cher.

Comme nous l’avons dit, la vision doit être une expérience globale afin d’attirer suffisamment l’attention. De nos jours, les images, vidéos, etc. sont si courants qu’ils ne suffisent plus à attirer l’attention sur les autres stimuli visuels disponibles dans l’environnement. Un changement d’éclairage, un changement dans la façon dont ils perçoivent leur environnement dans son ensemble sont les plus susceptibles de fonctionner.

Les odeurs sont généralement des arômes associés à la cuisine, aux parfums ou aux événements météorologiques. (odeur de café le matin, ou de pain frais, parfum de leur mère ou de leur père, du savon utilisé pour laver le linge à la maison, ou de l’odeur de la pluie sur le sol chauffé en été par exemple). Mais celles-ci sont généralement un peu difficiles à reproduire avec les élèves. Cependant, certaines odeurs surprenantes ou glaciales sont les plus susceptibles d’attirer l’attention. Par exemple : l’odeur d’ail dans une histoire de vampire, l’odeur d’une bougie soufflée s’il y a un incendie dans une histoire.

Il en va de même pour le goût, qui sera le sens le plus difficile à inclure dans une histoire sensorielle. Si l’on inclut le goût, il serait bon de choisir des expériences gustatives qui soient également surprenantes, soit par la sensation inattendue en bouche (pépites de glace, quelque chose de très croustillant, etc.), soit par un goût très piquant et inhabituel. L’attention portée aux allergies et à l’hygiène alimentaire est essentielle pour celle-ci.

Le toucher est également délicat, car les gens pensent généralement d’abord aux tissus et aux peluches douces à toucher, comme dans les livres sensoriels pour les très jeunes enfants. Mais selon l’âge des élèves, le tissu peut être un élément que tous les enfants touchent quotidiennement, toute la journée, dans leur lit, leurs vêtements, etc. Il n’attirera pas suffisamment l’attention, sauf peut-être chez les très jeunes enfants. Les objets collants ou piquants, au contraire, attireront davantage l’attention, car il s’agit d’une expérience sensorielle que nous avons tendance à éviter et que nous ne vivons pas aussi souvent. De plus, des expériences tactiles étranges, comme plonger leur main dans un sac de céréales, peuvent être surprenantes et étrangement satisfaisantes, ou bien ils peuvent toucher quelque chose de gluant ou de visqueux. Ou tout simplement, toucher quelque chose qui semble d’une certaine manière, mais qui se révèle être vécu d’une autre manière.

En résumé, les contrastes inattendus, les expériences surprenantes et les changements sensoriels globaux constitueront les éléments sensoriels les plus efficaces dans une histoire sensorielle. Prenez note de toutes vos idées et trouvez un “public type” (vos neveux dévoués, etc…) pour expérimenter l’efficacité de vos expériences sensorielles.

Exercice 2

Il est maintenant temps de chercher une histoire qui puisse être une histoire sensorielle. Ce n’est pas seulement la qualité des stimuli sensoriels qui fait une bonne histoire sensorielle, mais aussi le lien que ces stimuli ont avec l’histoire elle-même.

Afin de construire votre histoire sensorielle, vous pouvez soit aller en ligne et chercher des histoires sensorielles déjà faites si vous ne vous sentez pas à l’aise pour écrire ou adapter la vôtre, soit vous pouvez adapter une histoire que vous connaissez et inclure quelques éléments sensoriels, auquel cas, nous vous conseillons d’en prendre une que vous connaissez bien ou vous pouvez également écrire une nouvelle qui est spécifiquement destinée à être une histoire sensorielle.

Là encore, prenez note de toutes vos idées et trouvez un “public type” pour tester l’efficacité de vos expériences sensorielles.

Essayez de trouver un élément sensoriel pour chacun des cinq sens, mais ne faites pas une expérience sensorielle juste pour le plaisir. Il doit être relié et intégré à l’histoire elle-même pour être pertinent et efficace.

Ressources

Les contes sensoriels aident les enfants ayant un trouble de l’apprentissage à communiquer :
https://www.youtube.com/watch?v=4pncFAAyEt8&list=PLYdG9v8Pu3orMYHFShAX6X4o_T8GYoK-I&index=5&ab_channel=Mencap

Introduction histoires sensorielles: https://www.youtube.com/watch?v=USQjynWqYNA&list=PLYdG9v8Pu3orMYHFShAX6X4o_T8GYoK-I&index=14&ab_channel=ScottishSensoryCentre

Comment créer une histoire sensorielle : https://www.youtube.com/watch?v=6PeZ7r6aekA&ab_channel=BryonyRust

Webinaire sur le guide des contes sensoriels pour les enseignants et les parents : https://www.youtube.com/watch?v=ub13Z2IxVzY&ab_channel=EarlyChildhoodDeakin