Guide pratique

LE CONTE À L’ÉCOLE
POUR MAÎTRISER LA PAROLE

Sommaire

Le Projet

Comment conter à l’école ?

Avec quelles histoires ?

Pour quels bénéfices ?

Vous cherchez la version livret de ce guide pour le lire hors-ligne ou l’imprimer ?

Introduction

Pourquoi nous sommes tous des conteurs d’histoires

D’après un conte d’Afrique de l’Ouest

Anansi l’Araignée voulait avoir pour elle seule toute la sagesse du monde. Elle avait entendu dire que la sagesse se trouvait dans les histoires du dieu du ciel. Utilisant toutes ses ruses, Anansi s’empara de toutes les histoires, les enferma dans une boîte qu’elle attacha à son ventre.

— Je vais grimper au sommet du plus grand arbre pour y cacher ma boîte à histoires, là où personne d’autre ne pourra jamais la trouver.

Anansi commença à grimper à l’arbre, mais la boîte attachée à son ventre ne cessait de se cogner contre le tronc de l’arbre. À mesure qu’Anansi grimpait de plus en plus haut, la boîte la gênait de plus en plus. Soudain, Anansi entendit le rire d’un enfant au pied de l’arbre.

— Tu te moques de moi ?
—Oui, s’écria l’enfant, parce que tu es une idiote, Anansi !
—Tu as tort ! cria Anansi, j’ai avec moi toute la sagesse du monde. Regarde, toutes les histoires sont dans ma boîte !

L’enfant rit plus fort encore.

— Si tu es la plus sage, alors pourquoi as-tu attaché la boîte à ton ventre, de sorte qu’elle frappe contre le tronc de l’arbre ? Tu devrais l’avoir attachée à ton dos !

L’enfant avait raison, se dit Anansi. Dans sa colère, elle détacha la boîte et la jeta vers l’enfant. Durant sa chute, la boîte heurta une branche de l’arbre. Elle s’ouvrit et toutes les histoires s’en échappèrent.

Emportées par le vent, elles ont traversé les océans, les forêts et les montagnes du monde entier. Lentement, elles ont dérivé jusqu’à chacun d’entre nous.

C’est pourquoi nous portons tous des histoires en nous.

Nous sommes tous des conteurs d’histoires.

Barbara Lachi (Grimm Sisters)

Introduction

La parole est première, fondatrice, elle est un des plus anciens outils de l’humanité. La maîtrise de la parole est le socle de tous les apprentissages : avant d’apprendre à lire et à écrire, l’enfant doit apprendre à parler.

On a tendance à croire qu’il y a les orateurs nés, doués d’un charisme naturel, capables de s’exprimer avec fluidité… et les autres.

Certains bénéficient, dès les premières années de la vie, d’un environnement favorisant des échanges riches et complexes. Cela crée un écart avec ceux qui sont issus de milieux moins favorisés. Cet écart, sensible dès le début des apprentissages, croît tout au long de la scolarité et a des répercussions sur la vie professionnelle et sociale.

Pourtant, bien s’exprimer oralement, cela s’apprend ! Alors, comment accompagner les élèves vers une meilleure maîtrise de la parole ? Par la pratique, avec les contes.

Les contes sont issus d’un patrimoine culturel oral commun, ce sont des récits structurés : un cadre qui favorise le raisonnement, la mémoire, l’imaginaire, parmi de nombreux autres bénéfices que nous vous invitons à découvrir.

Nous avons choisi de présenter des contenus pour des élèves de 5 à 11 ans, car ce sont des années cruciales pour l’apprentissage des fondamentaux.

Sommaire

Le projet

Constats et l’esprit du projet

Comment conter à l’école ?

D’un point de vue pédagogique, la méthode proposée dans ce guide est différente de celles traditionnellement proposées à l’école, qui donnent la primeur à l’écrit et au par cœur.
D’un point de vue didactique, les objectifs à atteindre sont différents de ceux du domaine écrit. On ne peut pas évaluer une prestation orale comme un texte écrit. Ici, l’objectif est de permettre aux enfants de raconter des histoires sans support.
Sur le site SeedsOfTellers.eu, outre les dossiers pédagogiques et les fiches pratiques, vous trouverez des exemples de contes prêts à être racontés, ainsi que des enregistrements audio et vidéo.

Avec quelles histoires ?

Nous avons choisi de privilégier les récits issus du patrimoine oral : contes mais aussi jeux de doigts, comptines, randonnées, chantefables, devinettes, chansons, mythes et légendes…
Les contes représentent l’une des formes orales les plus anciennes et les plus partagées. Des contes à dire avec vos mots, vos émotions !

Pour quels bénéfices ?

Avant de conter, on apprend à écouter. Lorsqu’on conte, on crée ses propres images mentales, on fait travailler sa mémoire et son imaginaire, on apprend de nouveaux mots et, devant les autres, on prend confiance en soi.
Les bénéfices du conte à l’école sont de trois types : langagiers, cognitifs, et sociaux.
Conter à l’école, c’est participer à un projet commun inclusif, où tous – y compris les enfants souffrant de troubles spécifiques d’apprentissage – sont également valorisés.
La prise de parole est aussi, pour les enfants, l’occasion de dialoguer ensemble, d’apprendre à écouter les autres, ce qui a pour résultat d’apaiser les tensions dans la classe.
Mieux écouter, pour mieux parler, mieux parler pour mieux penser ; et quand on pense mieux… on écrit mieux !
Suivant:

Le Projet