Fiche pratique n°

Enseignants, vous pouvez conter !

Pour que les enfants content, montrez-leur l’exemple. Vous êtes leur modèle : ils seront d’autant plus enclins à se lancer si c’est vous qui racontez.

OBJECTIFS

➤ RACONTER UNE HISTOIRE SANS LE SUPPORT D’UN LIVRE
Une histoire racontée est bien plus attrayante qu’une histoire lue.

COMMENT FAIRE ?

👉 CONTRECARRER LES IDÉES REÇUES

« On trouve les contes dans les livres. Ils sont tellement bien écrits que pour les raconter, on ne peut pas changer les mots ! »

FAUX !

Le conte peut se passer du livre et de ses illustrations, mais pas de vous, qui lui donnez vie. Faites-vous confiance, fermez le livre, osez utiliser vos propres mots, vos émotions et vos gestes.

« Il faut avoir fait du théâtre pour capter son auditoire avec un conte »

FAUX !

Il ne s’agit pas d’un spectacle artistique, mais d’enseigner à prendre la parole de façon structurée. Vous n’avez pas à raconter une histoire de façon théâtrale : l’histoire recèle en elle-même son pouvoir captivant. Si vous la connaissez bien et que vous vous l’êtes appropriée, vous avez tous les atouts pour la transmettre avec efficacité !

🌸 Suggestions :

Invitez des conteurs en classe ! En venant conter à l’école, ils peuvent aider à diffuser la tradition orale de votre région avec des contes traditionnels et vous motiver avec votre classe et vos collègues à conter à votre tour, dans la simplicité de la transmission traditionnelle d’un patrimoine commun.

Vos élèves et vous-mêmes pourrez nourrir des échanges fructueux avec ces intervenants extérieurs dont l’expérience sera bénéfique pour enrichir votre répertoire et vos techniques.

⚠ NE VOUS DÉCOURAGEZ PAS !

Gardez confiance dans les séances, même si la participation de la classe entière n’est pas d’emblée tout acquise : permettre à tous les enfants de prendre confiance en eux, c’est les impliquer à leur mesure et à leur rythme, dans un projet commun inclusif en respectant leur profil particulier.

ACTIVITÉS

💡PUBLICS AVEC TROUBLES SPÉCIFIQUES DU LANGAGE

Des élèves à besoins particuliers peuvent se montrer réticents à l’activité contée, notamment les enfants « dys ». Environ 10 % à 12 % des enfants d’âge scolaire souffrent de troubles d’origine cognitive pour apprendre à lire, à écrire, à orthographier, à s’exprimer, à se concentrer.

Ils peuvent avoir peur de participer à l’activité, par crainte de :
• Perdre le fil du récit en racontant
• Oublier d’enchaîner les événements du récit selon sa chronologie
• Prononcer maladroitement
• Avoir des difficultés de mémorisation
• Ne pas réussir à se concentrer ni à rester calmes.

La prise de parole n’est jamais imposée. Ceux qui ne parlent pas sont présents, ils écoutent. Ils sont donc inclus.

🌸 Suggestions :

Vous pouvez les accompagner en les incluant de manière dérivée :
• Grâce à la répétition des contes qu’ils entendent même s’ils ne s’installent pas avec les autres dans le dispositif de la séance.
• En les incitant à employer leurs propres mots, en faisant appel à leur créativité, à leur imaginaire, et aux mouvements de leur corps pour prendre la parole à leur rythme.
• En les plaçant, lorsque c’est possible, face au conteur.
• En les impliquant grâce aux randonnées, formulettes, chansons, devinettes, accessoires, qui sont des formes interactives.
• Grâce à des aides visuelles (voir les fiches « Accessoires »).
• Avec des histoires à doigts et à gestes qui sollicitent leur corps et autorisent le mouvement (voir fiche « Histoires sensorielles »).